Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une manifestation de Turcs et une contre-manifestation de Kurdes ont provoqué des violences samedi après-midi à Berne. Au moins seize personnes ont été blessées, dont quatre agents, et un chien policier. Les forces de l'ordre sont intervenues avec de gros moyens.

Une manifestation turque avait été autorisée sur l'Helvetiaplatz, mais avant même qu'elle ne débute, plusieurs centaines de sympathisants kurdes s'y étaient rassemblées afin d'empêcher son déroulement. Dans un communiqué, la police cantonale indique avoir proposé aux contre-manifestants un autre endroit pour se réunir, en vain.

Les forces de l'ordre ont donc décidé d'évacuer la place. Des manifestants ont alors agressé les policiers, blessant certains d'entre eux, précise le communiqué. Quant aux Turcs, ils avaient été priés par la police de se tenir à distance, mais certains n'ont pas respecté la consigne et se sont approchés de l'Helvetiaplatz, provoquant des escarmouches.

Les deux groupes se sont rendus responsables de violences, précise la police. Certains des protagonistes étaient armés d'objets contondants et il a fallu utiliser du gaz lacrymogène et des balles en caoutchouc.

Une voiture percute un groupe

Par ailleurs, deux incidents impliquant des voitures se sont produits. Dans une vidéo postée sur Internet, on peut voir une automobile percutant un groupe de personnes sur la Schwellenmattstrasse. Une autre voiture arrive ensuite en sens inverse, poursuivie par des personnes qui la frappent à coups de pied.

Selon la police, une voiture a effectivement percuté un groupe de personnes et son conducteur, blessé, a été conduit à l'hôpital. Dans le second cas, un occupant d'une voiture en a été extrait. Il est également blessé.

Onze ambulances ont été mobilisées. La police a bouclé notamment l'Helvetiaplatz et le pont de Kirchenfeld pendant une bonne partie de l'après-midi.

"Dénoncer le terrorisme"

La manifestation était mise sur pied par l'"Union des démocrates turcs européens" (UETD). Ce mouvement est proche du parti au pouvoir AKP, mais il n'est pas composé de "nationalistes turcs", a indiqué à l'ats un de ses représentants, Hakan Gokbas.

Le rassemblement entendait dénoncer le "terrorisme" dans le cadre du conflit actuel opposant Turcs et Kurdes. Il a réuni une centaine de personnes, tandis que les Kurdes auraient été plus nombreux, environ 180, selon M. Gokbas.

Selon des manifestants kurdes, leur manifestation avait effectivement commencé avant celle des Turcs. Une militante a confirmé à l'ats qu'ils avaient l'intention de perturber la manifestation turque.

En fin d'après-midi, la situation est revenue au calme et les protestataires se sont dispersés. L'intervention policière se poursuivait en début de soirée, notamment en regard des incidents impliquant des véhicules et d'éventuels blessés supplémentaires.

ATS