Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les rebelles syriens ont donné 48 heures, mercredi, au président Bachar al-Assad pour appliquer le plan de paix de Kofi Annan sous peine d'en supporter les conséquences. Cette annonce intervient alors que des combats meurtriers entre l'armée et l'opposition ont à nouveau fait rage mercredi.

"Il prend fin vendredi à 12h00 (11h00 en Suisse)", a averti le colonel Kassim Saadeddine dans un communiqué diffusé sur le site YouTube. Dès la fin de l'ultimatum, "nous serons alors libres de tout engagement et nous défendrons et protégerons les civils, leurs villages et leurs villes."

Par ailleurs, des affrontements meurtriers entre l'armée et l'opposition ont à nouveau fait rage mercredi. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), au moins 39 personnes, dont quinze soldats, auraient péri dans de violents combats dans le pays.

Les corps de 13 hommes, les mains liées derrière le dos, ont également été découverts à l'est de la Syrie, a annoncé mercredi l'ONU. Plusieurs des victimes retrouvées ont été abattues d'une balle dans la tête.

Appel à une action plus résolue

Le général Robert Mood, chef des observateurs des Nations unies en Syrie, a dénoncé "un acte horrible et inexcusable". Dans un communiqué, il a appelé "toutes les parties à faire preuve de retenue et à mettre fin au cycle de la violence pour le bien de la Syrie et du peuple syrien".

Cette découverte macabre survient cinq jours après que 108 civils, dont 49 enfants et 34 femmes, ont été tués à Houla, dans le centre du pays.

Sur le plan diplomatique, les partisans d'une ligne plus sévère contre Damas, voire d'une intervention militaire, s'opposent aux alliés du régime de Bachar al-Assad. La Russie et la Chine ont redit leur ferme opposition à toute intervention militaire internationale contre la Syrie.

Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU se réunira vendredi à Genève pour débattre du cas syrien. L'indignation suscitée dans le monde par le drame de Houla a poussé les pays hostiles à Bachar al-Assad à exiger une action plus résolue de la part de la communauté internationale.

ATS