Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Bombay - Un tribunal indien a jugé que les divinités de l'hindouisme ne pouvaient pas faire de transactions boursières et financières. Une société d'investissement religieuse voulait ouvrir des comptes au nom de cinq divinités, dont le célèbre Ganesh (ou Ganesha).
"Le commerce d'actions sur le marché boursier requiert certaines compétences que l'on ne peut attendre de ces divinités" ont estimé les deux juges.
Le fonds d'investissements, propriété de l'ancienne famille royale de Sangli, dans l'Etat du Maharashtra (ouest) dont Bombay est la capitale, avait soumis cette affaire après avoir ouvert des comptes pour les divinités.
Mais l'autorité de régulation des marchés a rejeté cette demande, arguant qu'il serait difficile de prendre des mesures contre les dieux si des irrégularités survenaient.
"Les dieux et déesses sont faits pour être adorés dans les temples, mais pas pour être utilisés dans des activités commerciales comme dans les transactions boursières", ont ajouté les juges.
Ganesh, également connu comme Lord Ganpati, patron des commerçants, que l'on représente avec une tête d'éléphant, est l'une des divinités les plus populaires du panthéon hindou des Indiens et largement vénéré à Bombay et dans le Maharashtra.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS