Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Cinquante ans après l'indépendance de l'Algérie, François Hollande a dénoncé jeudi le système colonial "injuste et brutal" instauré dans ce pays par la France et reconnu les "souffrances" du peuple algérien. Une déclaration qui devrait faire date dans les relations entre les deux Etats.

"Je reconnais ici les souffrances que la colonisation a infligées au peuple algérien (...). Pendant 132 ans l'Algérie a été soumise à un système profondément injuste et brutal", a lancé le président français dans un discours historique devant les deux chambres du Parlement algérien réunies.

Le Parlement l'a applaudi debout à l'issue de son discours. François Hollande avait pourtant prévenu dès mercredi, premier jour de sa visite, qu'il n'entendait ni faire acte de "repentance" ni présenter des "excuses".

Une dizaine de partis politiques algériens, dont quatre islamistes, ont dénoncé en amont de cette visite "le refus des autorités françaises de reconnaître, excuser ou indemniser, matériellement et moralement, les crimes commis par la France coloniale en Algérie". Ce discours "n'a occulté ni le passé ni l'avenir", a en revanche estimé le ministre algérien des Affaires étrangères, Mourad Medelci.

En France, ses déclarations ont été diversement appréciées. Les communistes estiment qu'elles ne vont pas assez loin dans la reconnaissance des responsabilités, tandis qu'une partie de la droite, et l'extrême droite, dont les fondateurs ont soutenu jusqu'au bout l'Algérie française, estiment que François Hollande s'est mis "à plat ventre" devant le Parlement algérien.

Ni repentance ni excuses

Quoi qu'il en soit, Il aura été le président français à aller le plus loin dans la reconnaissance des violences commises par son pays en Algérie. La relation franco-algérienne à laquelle il aspire, a-t-il répété devant les parlementaires, doit reposer sur un "socle de vérité". Et cette vérité, a-t-il encore souligné, passe par la reconnaissance des "injustices", des "massacres" et de "la torture".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS