Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Katyn - Un crime "ne peut être justifié d'aucune manière", a déclaré Vladimir Poutine à Katyn, dans l'ouest de la Russie. Le premier ministre russe s'est rendu pour la première fois sur le lieu du massacre en 1940 de milliers d'officiers polonais par la police politique de Staline.
Lors d'une cérémonie au cimetière de Katyn, M. Poutine et son homologue polonais Donald Tusk ont rendu hommage à la fois aux officiers polonais et aux victimes soviétiques de la terreur stalinienne qui reposent en ces lieux.
Quelque 22'000 officiers polonais, capturés par l'Armée rouge après l'invasion de l'Est de la Pologne en vertu du pacte germano-soviétique Ribbentrop-Molotov, ont été exécutés sommairement en avril et mai 1940 par le NKVD, la police politique soviétique.
"Nous sommes tenus de préserver la mémoire du passé. Nous n'avons pas le pouvoir de changer le passé, mais nous pouvons rétablir la vérité et la justice historiques", a estimé le dirigeant russe. Pendant un demi-siècle, l'URSS a rejeté sur l'Allemagne nazie la responsabilité du massacre d'officiers polonais. Ce n'est qu'en 1990 que Mikhaïl Gorbatchev a reconnu la culpabilité de Moscou.
M. Poutine n'a toutefois prononcé à aucun moment le mot de pardon que certains Polonais attendaient de lui.
Le souvenir de Katyn continue à peser sur les relations entre les deux pays, devenues difficiles depuis le choix résolu de Varsovie de rejoindre le camp occidental avec l'adhésion à l'OTAN en 1999 et à l'Union européenne en 2004.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS