Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Veszprem - Neuf jours après la coulée de boue rouge meurtrière en Hongrie, les autorités ont décidé mercredi le redémarrage de l'usine d'aluminium à l'origine de l'accident. La catastrophe a fait neuf tués selon un nouveau bilan.
"Nous avons déjà remis en marche le chauffage industriel", et dès que la bonne température sera atteinte, "nous ferons redémarrer la production, jeudi ou vendredi", a dit György Bakondi, commissaire du gouvernement chargé de la gestion de la société, au cours d'une conférence de presse commune avec le ministre de l'Intérieur Sandor Pinter.
Selon M. Pinter, la situation sanitaire "est de nouveau sûre à Devecser", petite ville durement touchée par la boue rouge. Les autorités vont lever "l'état de pré-évacuation" en vigueur dans cette localité depuis samedi dernier, après l'évacuation de Kolontar, le village voisin qui a reçu la majeure partie de la marée toxique.
M. Pinter a également indiqué que les habitants de Kolontar pourraient retourner dans leur village samedi. "Ils doivent attendre jusqu'à samedi non pas à cause d'une crainte d'une deuxième inondation, mais parce que les travaux de protection ne sont pas encore tout à fait terminés", a-t-il précisé.
Une nouvelle digue doit les protéger à l'avenir de toute éventuelle nouvelle inondation. "Il n'y aura plus de catastrophes", a assuré Tibor Dobson, chef régional des services de lutte contre les catastrophes, dans un entretien radiophonique.
Mise en garde de Greenpeace
L'organisation Greenpeace a toutefois mis en garde contre la pollution liée à la dissémination de fines poussières - de la boue rouge qui a séché -, dans la région. "Ses effets sont très nocifs pour la santé" des habitants "sans vêtements de protection", a-t-elle averti dans un communiqué, promettant pour jeudi des détails sur la composition de cette poussière.
Le premier ministre hongrois, Viktor Orban, s'est rendu mercredi sur place. Il a imputé à une "négligence humaine" la responsabilité de cet accident industriel à l'usine de production MAL, dont la police a bouclé le site mardi et pris le contrôle des avoirs et systèmes informatiques de sécurité dans tout le pays.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS