Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Office fédéral de la police et le club de hockey du CP Berne vont tester un système de contrôle afin d'améliorer la sécurité dans les stades. Les papiers d'identité des supporters seront comparés avec la base de données informatiques Hoogan qui recense les hooligans.

Un meilleur contrôle à l'entrée des stades constituerait un outil efficace pour lutter contre les violences lors des manifestations sportives, a estimé lundi l'Office fédéral de la police (fedpol). Il n'existe pas encore de système uniforme de surveillance à l'entrée des stades. Seule la possession d'un ticket autorise l'accès.

Dans le cadre d'un projet-pilote mené avec le club de hockey sur glace de la capitale, fedpol prévoit un raccordement électronique au système d'information Hoogan. Concrètement, cela signifie qu'à l'entrée du stade, les papiers d'identité des spectateurs seront comparés avec des données personnelles enregistrées dans Hoogan.

Seules les personnes en possession d'un billet valable et qui ne figurent pas dans la banque de données pourront pénétrer dans le stade. Les documents d'identité, passeport, carte d'identité ou permis de conduire, seront lus à l'aide d'appareils semblables à ceux utilisés pour les contrôles à la frontière.

Système Hoogan

A fin octobre, 1198 hooligans étaient recensés dans cette banque de données. Parmi ces personnes, 70% sont liées au milieu du football et 30% à celui du hockey. Ce système d'information électronique vise à tenir éloignés des stades et de leurs environs les supporters violents ou potentiellement violents.

Les partenaires vont au cours des prochains mois repérer les forces et les faiblesses de ce système. Il s'agira notamment de tester la collaboration avec les responsables de la sécurité du CP Berne. Il s'agira aussi de vérifier si ce contrôle d'accès ne rallonge pas trop le temps d'attente du spectateur.

ATS