Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Jaeger-LeCoultre ne cesse d'étoffer ses effectifs. Alors que son nombre d'employés a augmenté de plus 10% l'an dernier, la manufacture horlogère vaudoise est à la recherche de 25 à 30 collaborateurs supplémentaires rien que pour le 1er trimestre 2012.

En 2011, "nous avons créé 150 nouveaux postes, avec des effectifs qui s'élèvent désormais à 1260 personnes", a indiqué le patron de la société, Jérôme Lambert, dans un entretien paru jeudi dans le quotidien "Le Temps".

Portée par le dynamisme des pays émergents, la firme, établie au Sentier dans la vallée de Joux, est désormais le deuxième plus important employeur industriel du canton de Vaud, après Bobst, relève Jérôme Lambert.

"Swiss made"

Jaeger-LeCoultre, qui appartient au groupe de luxe genevois Richemont, entend étendre son réseau commercial. La société compte pour l'heure 45 boutiques, soit en propre, soit en franchise. Elle va en inaugurer de nouvelles au Qatar, aux Etats-Unis, au Brésil et à Pékin.

En Europe, Richemont projette d'ouvrir le plus grand magasin de montres de luxe au monde à Paris, près de la place Vendôme, rappelle le patron de Jaeger-LeCoultre. Il plaide par ailleurs pour un renforcement des critères du "Swiss made" afin de préserver le patrimoine de l'industrie horlogère helvétique. A ses yeux, "il est primordial de pérenniser la production en Suisse".

Jaeger-LeCoultre est peu touchée par ce débat puisqu'elle produit plus de 90% de ses composants en Suisse, soit nettement plus que les 60% souhaités. "Mais il en va de la préservation et de l'avenir de l'ensemble de la branche", souligne Jérôme Lambert.

ATS