Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Huit personnes ont été blessées vendredi à Lausanne dans la collision entre un bus et le train régional LEB. Trois ont été hospitalisées pour des contrôles. Les cinq autres ont pu quitter les lieux par elles-mêmes après avoir été examinées.

L'accident s'est produit sur l'avenue d'Echallens à la hauteur de l'arrêt St-Paul, a constaté un journaliste de l'ats sur place. Pour une raison encore inconnue, les deux convois se sont heurtés de front à 17h40, précise la police. Une enquête a été ouverte.

Le train Lausanne-Echallens-Bercher (LEB) quittait Lausanne alors que le bus 9 des transports publics lausannois (tl) circulait en direction de la ville. Le conducteur des tl fait partie des blessés qui ont dû passer par l'hôpital, relève la police.

Les secours ont été très rapidement engagés, avec trois ambulances et le SMUR, sans compter les pompiers et les forces de l'ordre. L'avenue d'Echallens a dû être fermée à la circulation, le temps de dégager le bus et sa remorque. Le trafic a repris un peu avant 21h00.

Arrêt supprimé

Des mesures ont immédiatement été prises. "L'arrêt St-Paul est supprimé dès samedi", a indiqué à l'ats Daniel Leuba, responsable de la compagnie LEB et membre de la direction des transports publics lausannois (tl).

La décision a été prise afin d'éviter que les deux transports ne se partagent la même voie d'arrêt en alternance. "Les voyageurs devront désormais prendre le bus à l'arrêt suivant", explique-t-il.

Nombreux accidents

Sur environ 1400 mètres, le train régional côtoie sur l'avenue d'Echallens les autres usagers, voitures, motos, cyclistes tandis que les piétons doivent eux traverser la voie pour rejoindre l'autre côté de la route. Après plusieurs accidents dont certains mortels (le dernier en octobre 2013), la décision a été prise d'enterrer la ligne du LEB.

La ville et le canton de Vaud espèrent que le projet sera réalisé à l'horizon 2020. En 2013, le passage à la fréquence au quart d'heure a encore accentué les risques sur ce tronçon.

ATS