Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le ministre français de la Transition écologique, Nicolas Hulot, veut diminuer la part du nucléaire dans le secteur de l'énergie en France (archives).

KEYSTONE/AP/THIBAULT CAMUS

(sda-ats)

Le ministre français de la Transition écologique, Nicolas Hulot, s'est engagé lundi à fermer des réacteurs nucléaires, "peut-être jusqu'à 17". La loi sur la transition énergétique vise à ramener à 50% la part de l'atome dans la production d'électricité d'ici 2025.

"Chacun peut comprendre que pour tenir cet objectif, on va fermer un certain nombre de réacteurs (...) laissez moi planifier les choses, ce sera peut-être jusqu'à 17 réacteurs, il faut qu'on regarde", a déclaré le ministre sur la radio RTL. "Chaque réacteur a une situation économique, sociale et même de sécurité très différente", a souligné, Nicolas Hulot.

Il veut "planifier" la transition vers une production d'électricité plus diversifiée. "Si nous voulons atteindre l'objectif, mécaniquement, à mesure que nous allons baisser notre consommation et diversifier notre production, nous allons fermer un certain nombre de réacteurs", a-t-il assuré.

Le ministre a présenté jeudi un "plan climat" pour le quinquennat du président Emmanuel Macron qui fixe un certain nombre d'orientations dans le secteur de l'énergie, mais qui n'a pas détaillé la manière dont le gouvernement compte parvenir à baisser significativement la part du nucléaire. Celle-ci représente aujourd'hui environ 75% de la production d'électricité en France.

ATS