Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Zlatan Ibrahimovic n'a pas encore joué avec son nouveau club, le Los Angeles Galaxy, mais il a déjà réussi ses débuts.

Lors de sa présentation officielle vendredi, il s'est fait l'auteur de déclarations-choc et a témoigné une confiance en soi frôlant l'arrogance complétement assumée.

A 36 ans, "Ibra" connaît la musique, sur le terrain et en dehors. Alors qu'il va découvrir son septième championnat, le colosse suédois sait ce que la presse attend de lui et a distillé les bons mots lors de sa première conférence de presse.

A ceux qui s'inquiétaient de son âge, il s'est présenté comme le "Benjamin Button" du football, le personnage incarné par l'acteur Brad Pitt qui naît vieux et meurt jeune.

"Quand je suis arrivé en Angleterre (en 2016), tout le monde disait que j'étais vieux et que j'arrivais dans une chaise roulante, trois mois plus tard, j'avais conquis l'Angleterre et tout le monde disait que je survolais mes rivaux", a-t-il rappelé.

"Le lion est affamé", a insisté le nouveau no 9 du Galaxy en référence à son surnom. "Je ne suis pas arrogant, j'ai simplement confiance en moi", a ajouté l'attaquant au catogan, tout sourire.

Malgré sa grave blessure à un genou datant d'avril 2017 ("Une blessure que personne n'avait jamais eue, seul un lion pouvait se blesser comme ça", a-t-il assuré) et seulement sept matches disputer cette saison avec Manchester United, "Ibra" ne doute pas une seconde qu'il va faire trembler les filets de MLS et s'imposer.

"J'ai joué dans les meilleurs clubs du monde avec les meilleurs joueurs du monde, je sais ce que je dois faire pour bien jouer et gagner, j'ai juste besoin de disputer des matches pour retrouver le rythme de la compétition", a-t-il expliqué devant ses nouveaux dirigeants, aux anges.

L'ancien buteur de l'Ajax Amsterdan, de l'Inter Milan, du FC Barcelone et du PSG veut contribuer, comme l'ancien international anglais David Beckham avant lui, de 2007 à 2012, à l'essor de la MLS et du LA Galaxy, qu'il avait déjà failli rejoindre en 2016 à son départ du PSG.

"Je voulais vraiment venir ici (en 2016), mais cela ne s'est pas fait, cela arrive, mais c'était mon destin de venir ici", a-t-il insisté.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS