Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le géant suédois du meuble Ikea aurait utilisé des prisonniers politiques en Allemagne de l'Est comme travailleurs forcés dans les années 1970 et 1980. C'est ce qu'affirme une enquête qui sera diffusée cette semaine à la télévision publique suédoise.

Un reporter de l'émission "Uppdrag Granskning" a trouvé des documents étayant cette accusation dans les archives de la police secrète de la RDA, la Stasi, selon une bande-annonce postée sur le site internet de la télévision publique sudédoise SVT. Aucun autre détail n'est disponible sur cette affaire. Le programme sera diffusé mercredi.

Ikea a déjà indiqué à la télévision suédoise qu'elle enquêtait sur cette affaire. "Nous avons demandé des documents des archives de l'ex-Stasi et nous interrogeons des gens qui se trouvaient chez Ikea à l'époque des faits", a déclaré samedi à l'agence d'informations suédoise TT la directrice des affaires sociales et environnementales de l'entreprise suédoise Jeanette Skjelmose.

"Jusqu'ici, il n'y a pas d'indications tendant à montrer que nous avons demandé à ce que des prisonniers politiques soient utilisés à la production ou que nous ayons été au courant (d'une telle pratique)", a-t-elle souligné.

ATS