Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le malfrat, peu prudent, utilisait sa voiture pour les braquages (cliché symbolique/Keystone archives).

KEYSTONE/AP/FRANCISCO SECO

(sda-ats)

Douze banques braquées avec un pistolet en plastique et un butin de 92'000 euros, utilisé pour éponger une dette au fisc: un contribuable un peu trop zélé devra s'expliquer à partir de jeudi devant le tribunal de Matosinhos, dans le nord du Portugal.

L'homme est un entrepreneur italien de 36 ans installé près de Porto, où il possède plusieurs pizzerias. Mais au début 2015, les affaires marchent mal et les dettes s'accumulent, rapporte le Jornal de Noticias, principal quotidien de la région.

Pour payer ses dettes, le patron décide alors d'écumer les banques du nord au centre du pays, aidé par un complice serrurier, Italien lui aussi, entre février et septembre 2015.

Voiture personnelle

Au fil des mois, le principal suspect utilise le butin pour rembourser presque l'intégralité de son ardoise à l'Etat portugais: une dette aux autorités fiscales, à la sécurité sociale et quelque 17'000 d'euros d'amende pour non-paiement des autoroutes.

A chaque forfait, les deux acolytes, peu prudents, se rendent sur place avec la voiture personnelle de l'entrepreneur. Portant une perruque ou une cagoule, ils brandissent l'arme factice et vident le coffre sans un mot.

La police finit par coincer les malfaiteurs, qui avouent immédiatement leurs crimes. Mais selon l'avocat du braqueur italien, ce dernier compte bien présenter à l'audience tous les reçus de paiement effectués à l'Etat portugais.

ATS