Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un curé du Trentin-Haut-Adige (nord-est de l'Italie) fait sonner la cloche de l'église de son village chaque jour à 17h31, heure de la clôture de la bourse de Milan, pour protester contre la domination des marchés financiers.

Le père Giovanni Kirchner, curé de Povegliano, un bourg de cinq mille âmes, déclare vouloir ainsi réveiller les consciences face à la puissance de la finance internationale, alors que la péninsule est soumise à une cure d'austérité sans précédent pour pouvoir mieux résister aux attaques spéculatives des marchés.

"C'est une protestation contre le fait que les marchés n'obéissent à aucune règle. Nous posons la question: comment se peut-il que de telles tendances puissent affecter les gens normaux?" a-t-il confié à l'AFP, en relevant qu'il y a dans le Trentin "beaucoup de chefs d'entreprises qui ont du mal aujourd'hui à trouver des financements".

Ce "Don Camillo" idéaliste, qui organise dans sa paroisse des réunions avec le représentant d'une "banque éthique", a débuté son mouvement à la fin de l'année, en dépit de la perplexité de certains de ses paroissiens.

ATS