Toute l'actu en bref

Entre 2000 et 2014, dans la région alpine suisse, le nombre de nuitées à baissé de 7,2%. Dans les Alpes européennes, il a augmenté de 8,5% sur la même période (image symbolique).

KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER

(sda-ats)

Les régions de montagne sont économiquement sous pression. Le think tank Avenir Suisse propose de mieux utiliser les possibilités offertes par les résidences secondaires dans les Alpes et dans l'Arc jurassien.

Dans les régions de montagne, celles-ci représentent une opportunité, estime mardi Avenir Suisse lors de la présentation d'une nouvelle étude. Selon les estimations, il y en aurait entre 350'000 et 400'000.

Des modèles de location innovateurs permettent un tourisme plus durable en utilisant les objets qui sont déjà à disposition. Louer sa résidence secondaire via un site de location en ligne comme Airbnb peut y contribuer. D'autres modèles d'affaires dans la parahôtellerie permettent de transformer un lit froid en lit chaud.

Pour le think tank, il faut aussi exploiter le potentiel représenté par les propriétaires de résidences secondaires. Ils connaissent les régions de montagne. Les communes et les cantons de montagne doivent promouvoir leur intégration comme des partenaires.

En ligne

L'étude énumère les moyens pour stabiliser et renouveler la base économique des régions de montagne. Pour s'adapter au changement des structures économiques, Avenir Suisse suggère aussi de profiter de la numérisation.

Par le commerce en ligne, les producteurs de spécialités régionales de montagne peuvent conquérir de nouveaux clients en plaine. Les régions "à faible potentiel" doivent exploiter leurs opportunités.

Prêt au dialogue

La Conférence gouvernementale des cantons alpins voit dans cette étude de nombreux points communs avec leurs propres analyses et stratégies. Elle y perçoit aussi des lacunes qui peuvent être comblées par une approche commune.

Elle souhaite établir un dialogue critique et constructif avec Avenir Suisse. L'étude offre un large éventail de propositions intéressantes et un potentiel de synergies, souligne la Conférence dans un communiqué.

ATS

 Toute l'actu en bref