Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Suisse s'est inclinée 5-4 aux tirs au but contre la République tchèque au Championnat du monde à Copenhague.

Il n'a pourtant pas manqué grand-chose aux joueurs de Patrick Fischer pour empocher les trois points. Un brin d'expérience sans doute. Au final, elle "gratte" le point perdu contre l'Autriche en ouverture mais subit son premier revers du tournoi.

La Suisse aurait pu faire mieux. Car la Suisse a compté deux buts d'avance à deux reprises. Mais par manque d'expérience, maladresse et malchance il faut bien le reconnaître, la sélection de Patrick Fischer n'a pas su conserver l'avantage acquis. Ainsi, 22 secondes après avoir inscrit le 4-2, les Helvètes ont concédé le 4-3 sur un tir de la bleue et une déviation de Jaskin. Et le 4-4 égalisateur (35e) est tombé sur un rebond chanceux que Repik a pu transformer.

Il y a aussi eu ce penalty logiquement offert à Vermin à la 56e pour une faute alors que le Lausannois se présentait seul face à Francouz. Mais là encore, les Suisses ont manqué de cet instinct de tueur. C'est parce que cette Suisse-là démontre un véritable potentiel que le résultat laisse un petit goût dans l'arrière-bouche.

Faire de sa faiblesse une force

L'indiscipline crasse des Tchèques a permis aux Suisses de tester leur power-play jusqu'ici déficient. Et force est de constater que Patrick Fischer et son staff ont réussi à améliorer le rendement de leur attaque à cinq. Avec trois réussites et de nombreuses occasions, l'avantage numérique a enfin ressemblé à ce qu'il devrait être: une force.

Dans le rôle de leader, on a retrouvé un Nino Niederreiter de gala. Vocal, toujours prêt à placer une bonne charge pour secouer l'adversaire et remuer son équipe, le Grison de 25 ans a le coeur et le corps d'un véritable renfort de NHL. Lorsqu'il rôde autour de la cage, le gardien adverse ne se sent jamais trop tranquille. Son travail sur l'ouverture du score illustre parfaitement les qualités et le travail de l'attaquant de Minnesota. Laissé seul devant le but, "El Niño" a fait payer aux Tchèques leur passivité. Capable de tirer deux fois sans être gêné à quelques centimètres du portier Francouz, il était évident que l'ancien junior davosien allait transformer l'essai.

L'intelligence de jeu et la débauche d'énergie de Niederreiter tranche avec la performance de Sven Andrighetto. De retour de suspension, l'attaquant de Colorado est aussi intéressant à l'offensive qu'il est parfois crispant en phase de repli. A plusieurs reprises, le numéro 85 a tenté des passes hasardeuses et mis dans la difficulté ses coéquipiers. Mais à la 21e, le 2-1 signé Hofmann fut le résultat d'une passe laser du Zurichois.

L'arrivée de Timo Meier va cependant redistribuer les cartes. Avec l'Appenzellois, Patrick Fischer va répartir ses armes sur les deux trios offensifs. Meier pourrait se retrouver avec Hofmann et Haas. Promu sur cette ligne pour un soir, Chris Baltisberger devrait lui reprendre sa place dans le quatrième bloc.

Mercredi, il faudra se remettre au travail avec un duel contre la Biélorussie où la Suisse sera favorite et devra s'imposer pour se rapprocher encore plus des quarts. Si elle met la même intensité, la sélection nationale devrait passer l'écueil d'une formation qui vient de licencier son entraîneur en plein Mondial après trois défaites en autant de matches.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS