Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Certains s'inquiètent que les produits ciblant les filles ou les femmes coûtent plus cher (archives).

KEYSTONE/AP/Markus Schreiber

(sda-ats)

Les produits ciblant les femmes ne coûtent pas forcément plus cher. Le Conseil fédéral ne juge pas nécessaire de se pencher plus avant sur la question et préfère miser sur l'égalité des salaires et une meilleure conciliation entre vie privée et professionnelle.

Le problème est soulevé par le conseiller national Jean Christophe Schwaab (PS/VD). Selon une étude menée à New York, les produits courants destinés aux femmes sont 7% plus chers que ceux ciblant les hommes. La différence de prix monte à 13% pour les produits d'hygiène corporelle.

Et le Vaudois d'avancer des exemples helvétiques. Une simple coupe "cheveux courts" est souvent beaucoup plus chère pour une femme. Il en va de même pour des jouets, des livres ou des habits destinés aux petites filles tout à fait identiques à ceux destinés aux garçons, la seule différence étant la couleur.

Dans un postulat, le socialiste réclame donc une analyse de l'ampleur du phénomène en Suisse ainsi que d'éventuelles mesures pour supprimer ces inégalités. Il n'est pas sûr que l'on retrouve les mêmes disparités qu'à New York, affirme le Conseil fédéral dans sa réponse publiée jeudi.

Aussi défavorable aux hommes

Un rapport du gouvernement français a par ailleurs conclu en décembre dernier que les femmes n'étaient pas toujours prétéritées, les disparités pouvant aussi être défavorables aux hommes selon les produits. Cela pourrait aussi être le cas en Suisse.

Concernant les salons de coiffure, le gouvernement présume que certains pratiquent des différentiations de prix et d'autres pas. La qualité de service, l'usage de produits différents ou le style peut expliquer qu'une prestation coûte plus cher.

Selon le gouvernement, le respect des réglementations en vigueur, comme un affichage clair des prix suffit. Une analyse approfondie du phénomène priverait en outre la Confédération des moyens nécessaires pour assurer l'égalité des salaires et une meilleure conciliation entre vie privée et professionnelle.

ATS