Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Deux pêcheurs sous-marins l'ont échappé belle lundi sur un atoll de Polynésie française. Attaqués par un requin, ils ont dû lutter à mains nues contre le squale alors qu'ils étaient prisonniers de ses mâchoires, selon leur récit.

Les deux hommes pêchaient lundi au fusil-harpon dans une passe récifale de l'atoll de Makemo lorsqu'un requin gris de récif d'environ deux mètres tenta d'attraper un poisson fléché par l'un des pêcheurs, Hoatua Iotua. Son cousin, Teva Tokoragi, essaya alors d'éloigner l'animal, transpercé par une flèche au niveau de l'aileron.

Croyant le requin sonné, les deux pêcheurs commencèrent à extraire leur flèche. Mais le requin se réveilla et chargea Teva Tokoragi en agrippant son bras. Hoatua frappa à plusieurs reprises sur la gueule du requin, qui finit par lâcher prise.

Si Teva parvint à se hisser dans leur barque, la lutte n'était pas terminée pour Hoatua: "J'ai commencé à monter sur le bateau, mais il est revenu sur mon genou, donc je suis tombé dans la mer et j'ai eu un autre combat avec le requin: je l'ai encore attrapé pour qu'il ne déchire pas mon genou", a-t-il confié.

Attaques rares

Tandis qu'il maintenait la tête du requin, Teva tenta de lui couper la queue pour l'affaiblir. Mais le Polynésien avait déjà perdu beaucoup de sang et manquait d'énergie. Hoatua parvint enfin à ouvrir la gueule du requin: "J'ai poussé sa tête vers le bas et j'ai vite sauté sur le bateau" pour rejoindre le rivage.

Teva Tokoragi, plus gravement blessé, a été évacué lundi par avion vers un hôpital à Tahiti, où il a été opéré. Hoatua Iotua a été suturé sur l'atoll et devrait rejoindre le même hôpital jeudi.

Les attaques sont très rares en Polynésie française, alors que pêcheurs et plongeurs côtoient au quotidien de nombreuses espèces de requins. Des scientifiques ont rappelé que ces attaques sont toujours dues à des "comportements à risques" des humains.

ATS