Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les PME romandes sont 57% à être en faveur de l'initiative "Contre l'immigration de masse", selon un sondage réalisé pour le compte de l'Union suisse des arts et métiers (usam). La faîtière ne compte cependant pas revoir sa position et réaffirme son rejet du texte UDC.

Sur les 515 patrons interrogés, 19% sont "entièrement d'accord" et 38% "plutôt d'accord" avec l'initiative, qui demande notamment la mise en place de contingents annuels pour les étrangers exerçant une activité lucrative. 36% y sont opposés, indique lundi l'usam dans un communiqué, citant un sondage réalisé par l'Institut M.I.S. Trend en mai.

Ce résultat est surprenant par rapport au dernier sondage réalisé pour le compte de l'usam sur le sujet, publié en janvier. 63% des personnes interrogées par l'institut gfs.bern se disaient alors opposées à l'initiative.

Micro-entreprises concernées

Ce premier sondage avait été mené auprès d'entreprises alémaniques. Il ne faut toutefois pas nécessairement y voir un Röstigraben, a indiqué à l'ats le président de l'usam Jean-François Rime. L'étude de gfs.bern s'était concentrée sur les entreprises comptant entre 10 et 250 employés, laissant de côté les "micro-entreprises".

Le sondage publié lundi prend également en compte des entreprises comptant entre cinq et neuf employés. Or, ces entreprises sont beaucoup plus touchées par les effets négatifs de la libre circulation, assure M. Rime.

"Dans le nettoyage, le carrelage, la peinture, on est directement confronté à la concurrence étrangère avec des problèmes de faux-indépendants et de sous-enchère salariale".

En outre, l'opinion générale par rapport à l'initiative a peut-être évolué depuis le premier sondage, réalisé en novembre 2011, ajoute M. Rime. Le climat de crise économique a pu jouer un rôle dans la formation de l'opinion.

ATS