Navigation

Immobilier valaisan: incertitudes en guise de perspectives

Ce contenu a été publié le 04 juin 2014 - 16:55
(Keystone-ATS)

Initiative Weber, loi sur l'aménagement du territoire, initiative contre l'immigration de masse, jamais le marché valaisan de l'immobilier n'a connu pareille accumulation d'incertitudes. La propriété foncière est fragilisée et mise à rude épreuve.

Face à ces interrogations, la Banque cantonale du Valais (BCVs) et la Chambre immobilière du Valais (CIV) ont lancé une étude sur le marché de l'immobilier. Le but est de disposer d'un diagnostic qui sera renouvelé en 2015 et en 2016, a déclaré mercredi lors d'une présentation le président de la direction de la BCVs Pascal Perruchoud.

Le marché valaisan est très hétérogène, a expliqué Hervé Froidevaux du cabinet de conseils Wuest & Partner mandaté pour réaliser cette étude. La partie francophone et la germanophone fonctionnent à des rythmes différents. La plaine et la montagne présentent aussi des caractéristiques différentes.

Progression raisonnable

Dans le domaine des maisons individuelles, le taux de construction de 1,3% en 2012 est plus élevé que dans les cantons voisins ou qu'en moyenne suisse. Le taux de l'offre immobilière, un peu plus de 5% de villas mises en vente, est qualifié de raisonnable.

L'analyste attribue le même qualificatif aux prix. Une villa type, 850 mètres cubes avec 600 mètres carrés de terrain, coûte en moyenne 920'000 francs en Valais. Il faut débourser un demi-million de francs de plus dans le canton de Vaud pour le même objet.

Mais les différences intra-cantonales sont aussi importantes. Le prix varie en moyenne de 700'000 francs dans le Haut-Valais à 1,1 million de francs dans une station.

Des prix abordables

Le volume de construction d'appartements destinés à la vente est supérieur à celui des villas avec 1,5%. Il est aussi supérieur à la moyenne nationale. Cette progression de l'offre a contenu les prix dans une fourchette abordable.

Un appartement de 100 mètres carrés coûte 810'000 francs en moyenne cantonale. Le même objet est 12% plus cher en moyenne suisse, 25% plus cher dans le canton de Vaud. Les disparités intra-cantonales sont aussi importantes. Il faut débourser 550'000 francs dans le Haut-Valais et un million dans une station.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?