Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les violences des colons israéliens envers les Palestiniens sont en nette hausse, selon des agences de l'ONU et des ONG réunies mercredi à Ramallah. Elles ont évoqué la volonté d'intimider ou de se venger sur les Palestiniens et l'impunité dont les colons jouissent.

"L'année dernière, le nombre d'attaques de colons qui ont fait des victimes palestiniennes et des dégâts à leurs propriétés ont augmenté de plus d'un tiers", affirme le communiqué conjoint duHaut-Commissariat aux droits de l'Homme de l'ONU, l'Unicef, le Programme oecuménique d'accompagnement en Palestine et Israël (EAPPI), les ONG israéliennes B'Tselem et Yesh Din, et palestinienne Al-Haq.

"Depuis 2009, elles ont augmenté de près de 150%", ont souligné ces organisations.

La directrice de B'Tselem Jessica Montell a cité "le phénomène du 'prix à payer' qui est lié au sentiment des colons d'être menacés lorsque des mesures militaires sont prises contre les implantations". Par ailleurs, "la violence est un moyen de déplacer les Palestiniens et d'étendre la colonie, de manière très explicite", a-t-elle ajouté.

Impunité quasi totale

Selon l'ONU, plus de 90 % de plaintes contre les colons ont été classées sans suite ces dernières années.

"Du niveau du soldat sur le terrain jusqu'au sommet de l'armée, de la police et du gouvernement, les violences des Palestiniens reçoivent une priorité bien plus élevée que les violences envers eux", a déploré la directrice de B'Tselem.

Plus de 340'000 colons israéliens vivent en Cisjordanie occupée et quelque 200'000 dans des quartiers de colonisation à Jérusalem-Est occupée et annexée, parmi quelque 2,6 millions de Palestiniens.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS