Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Onze avions de lutte anti-incendie, dont des Canadair, ont été dépêchés au Portugal depuis dimanche par l'Espagne, la France et l'Italie.

KEYSTONE/EPA LUSA/MIGUEL A. LOPES

(sda-ats)

Les flammes ont repris de plus belle mardi après-midi, alors qu'enflait la polémique sur le drame de la "route de la mort". La confusion régnait sur le crash d'un Canadair, finalement démenti par la protection civile.

Aucun avion "au service de la lutte contre les incendies" ne s'est écrasé mardi au Portugal, a déclaré le commandant de la protection civile Vitor Vaz Pinto. Il revenait ainsi sur une information donnée par son agence quelques heures auparavant. Un porte-parole de la protection civile avait annoncé vers 17h00 la chute d'un Canadair dans la région de Pedrógão Grande, près du village d'Ouzenda.

Onze avions de lutte anti-incendie, dont des Canadair, ont été dépêchés depuis dimanche par l'Espagne (six), la France (trois) et l'Italie (deux). Le Portugal a affrété de son côté deux Canadair, selon le porte-parole.

"Situation grave"

Le feu est reparti brusquement dans l'après-midi dans la région de Pedrógão Grande, où l'incendie a démarré samedi. Dans la commune de Gois, au nord de la zone, 27 hameaux ont dû être évacués, dont une maison de retraite, ainsi que 13 autres à l'est de Pedrógão Grande.

"Nous avons une situation grave, qui pourrait devenir gravissime", a déclaré la maire de Gois, Lurdes Castanheira. Il craint que les flammes ne "menacent la population".

"Malheureusement, il y a des gens qui s'obstinent à rester chez eux, ils ne prennent pas en compte ce qui s'est passé à Pedrógão Grande (où des habitants sont morts dans leurs maisons, ndlr). Ils disent qu'ils ont des tuyaux d'arrosage et de l'eau", s'est inquiétée la maire.

Environ 1200 pompiers et 400 véhicules restaient mobilisés dans la région de Pedrógão Grande pour lutter contre l'incendie dont le bilan s'élevait mardi à 64 morts et 157 blessés, dont sept graves. Les funérailles de six des victimes étaient prévues mardi soir près de la zone touchée par la catastrophe.

Dans l'ensemble du Portugal, plus de 2000 pompiers sont engagés sur une centaine de foyers d'incendie. Près de 26'000 hectares de forêt ont déjà été consumés par les flammes, selon le Système européen d'information sur les incendies de forêt.

ATS