Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'incertitude régnait sur les pourparlers prévus sur le conflit en Ukraine dans la capitale bélarusse Minsk, les séparatistes ayant annoncé leur départ et l'annulation des discussions. Au même moment, les violences atteignaient des niveaux critiques sur le terrain, avec la mort d'au moins 24 personnes.

En mauvaise posture sur le plan militaire, le président ukrainien Petro Porochenko avait appelé jeudi à des négociations de paix d'"urgence" à Minsk.

Les séparatistes prorusses ont menacé d'élargir leur offensive militaire en cas d'échec des pourparlers de paix qui n'ont pas eu lieu comme prévu vendredi, selon un communiqué conjoint des républiques rebelles de Donetsk et de Lougansk. Les discussions pourraient toutefois reprendre samedi.

Lourd tribu

Sur le terrain, les combats continuaient sur toute la ligne du front, notamment autour de la ville de Debaltseve où les militaires ukrainiens risquent de se faire encercler par les séparatistes. Au moins cinq combattants ont péri.

Les civils paient le plus lourd tribut avec 19 personnes tuées dans des bombardements à Donetsk, chef-lieu des rebelles et dans la région. L'armée ukrainienne a imputé aux séparatistes ces violences et les accuse d'avoir voulu nuire aux discussions qui étaient prévues au Bélarus. Ce bilan est l'un des pires depuis le début de ce conflit qui a fait en neuf mois plus de 5000 tués.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS