Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

De violents heurts entre forces de l'ordre et manifestants, faisant une trentaine de blessés, ont marqué l'inauguration du siège de la Banque centrale européenne (BCE) à Francfort. Au moins 15'000 opposants à la politique d'austérité s'étaient rassemblés en ville.

La police de la capitale financière allemande a indiqué avoir procédé à 19 arrestations. Elle a déploré dans l'après-midi 14 blessés dans ses rangs et quelque 80 personnes victimes d'irritations des yeux aux gaz lacrymogènes et spray au poivre.

Le collectif Blockupy, qui avait appelé a manifester, a évoqué en fin de journée 20'000 participants à une grande manifestation en centre-ville, une porte-parole de la police parlant de 15'000 personnes. Blockupy a fait état de 21 blessés à coups de matraque. Il a totalisé 107 personnes irritées par les gaz.

Les heurts ont été particulièrement violents tôt le matin. Des centaines de manifestants, cagoulés pour certains, ont tenté de se rapprocher des deux tours de la BCE, un bâtiment de 1,3 milliard d'euros où l'institution est installée depuis l'automne.

Atmosphère de kermesse

Des voitures de police ont alors été incendiées. Des jets de pierres et de pavés ont aussi visé des bâtiments administratifs et certaines banques du centre-ville. Un commissariat a été attaqué par des militants anarchistes du Black Block, selon une vidéo mise en ligne par la police. Dès le milieu de journée la tension est retombée.

L'action s'est ensuite déplacée vers le centre-ville. La foule s'est réunie dans une atmosphère de kermesse ensoleillée. L'euro-député espagnol Miguel Urban, un des fondateurs du mouvement anti-austérité Podemos, ainsi qu'un représentant du parti de gauche radicale Syriza, ont pris la parole.

Troïka critiquée

Les manifestants brandissaient des pancartes critiquant la Troïka, les trois institutions -dont la BCE - chargées de contrôler les avancées des réformes des pays européens en crise. "La Troïka aide les banques au lieu des gens", pouvait-on y lire, ou encore "BCE arrête tes diktat".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS