Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Inde a affiché une croissance de 7% au premier trimestre 2015/2016 (avril-juin) sur un an. Cela marque un ralentissement par rapport à la hausse de 7,5% enregistrée sur le trimestre précédent, selon les statistiques officielles publiées lundi.

Ce rythme de croissance, l'un des plus forts cependant parmi les grands pays émergents, est inférieur aux prévisions des économistes interrogés par Bloomberg, qui tablaient sur une progression de 7,4%.

Le premier ministre Narendra Modi a placé la priorité de l'action de son gouvernement, en place depuis plus d'un an, sur la relance de la croissance, nécessaire pour fournir des millions d'emplois aux jeunes actifs arrivant chaque année sur le marché du travail.

Le rythme de la croissance en Inde avait dépassé celui de la Chine sur les trois premiers mois de 2015 mais ces derniers chiffres incitent les analystes à la prudence quant à la force de la reprise dans la troisième économie d'Asie.

"Ce chiffre du PIB montre qu'il n'y a pas d'accélération dans les secteurs-clés de l'économie", a affirmé Madan Sabnavis, économiste de l'agence Care Ratings. "La hausse des dépenses publiques qui devait donner un coup d'accélérateur ne se retrouve pas dans les chiffres".

Projets bloqués au Parlement

Plusieurs projets-clés de réforme, comme l'instauration d'une TVA nationale ou l'assouplissement des achats de terrains pour les projets industriels, sont bloqués au Parlement, faute de majorité du parti au pouvoir, le Bharatiya Janata Party (BJP), à la chambre haute.

Les chiffres du PIB sont en outre fondés sur une nouvelle méthodologie qui ont valu au gouvernement les critiques d'économistes. Pour Shilan Shah, économiste de Capital Economics, "de nombreux autres indicateurs suggèrent que l'économie est, au mieux, aux premiers stades de la reprise après trois années de faible croissance.

ATS