Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La police indienne recherchait dimanche un homme soupçonné d'avoir illégalement entreposé dans un restaurant les explosifs responsables de la déflagration qui a fait au moins 88 morts samedi, selon un nouveau bilan. Cela s'est passé dans l'Etat du Madhya Pradesh.

"Le bilan officiel est de 88 morts à ce stade, mais le véritable chiffre pourrait être plus élevé, de l'ordre de la centaine de morts", a déclaré par téléphone Seema Alava, une responsable de la police du district de Jhabua, où se trouve le restaurant. Une centaine de personnes ont également été blessées, a-t-elle ajouté en précisant que les opérations de secours étaient désormais terminées.

L'explication initialement avancée était celle d'un drame provoqué par l'explosion d'une bonbonne de gaz, qui aurait entraîné celle d'explosifs entreposés illégalement dans le bâtiment du restaurant. Mais cette thèse n'était pas la bonne, selon Mme Alava.

"C'est l'inverse qui s'est produit. Ce sont les explosifs qui ont sauté en premier. La chaleur extrême a entraîné une réaction chimique (...) et tout a sauté après cela", a-t-elle poursuivi.

Détention illégale d'explosifs

La police, a-t-elle annoncé, est désormais à la recherche de l'homme soupçonné d'avoir rangé illégalement dans un entrepôt du restaurant de la dynamite, des détonateurs et d'autres explosifs utilisés notamment dans le secteur minier.

Cet homme est, avec son frère introuvable depuis samedi, a-t-elle dit. Il avait les permis nécessaires à la détention de telles substances, a-t-elle concédé, mais celles-ci ont été entreposées "de façon non autorisée dans une zone résidentielle".

Le suspect est donc recherché pour homicide et détention illégale d'explosifs. A en croire des habitants, il s'agit d'un entrepreneur local qui aurait loué il y a cinq ans une partie du bâtiment pour lancer un commerce de produits agricoles.

"Nous avons travaillé presque toute la nuit", a dit Mme Alava. "Ce n'est qu'une question de temps avant qu'on le retrouve."

ATS