Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un garçon de deux ans est décédé de la grippe aviaire en Indonésie, a annoncé le ministère de la Santé. Il porte à sept le nombre de décès dû à la maladie depuis le début de l'année dans ce pays.

La victime, décédée le 27 avril sur l'île de Sumatra (nord-ouest), a probablement contracté le virus auprès de volailles vivant près de son domicile, ses parents étant vendeurs d'oeufs de cailles, a précisé le ministère dans un communiqué diffusé mardi tard dans la soirée.

Ce nouveau cas fait suite à six décès annoncés depuis janvier. Jusqu'alors, le pays n'avait pas connu de victimes depuis octobre 2011 et depuis la mort de deux enfants sur l'île de Bali.

L'immense archipel de 240 millions d'habitants est le pays qui a enregistré le plus grand nombre de décès en raison de la grippe aviaire. Selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui ne comprend pas le cas annoncé ce mercredi, la maladie y a fait 156 tués depuis 2003, dont neuf en 2011, sur un total de 355 dans le monde.

Résurgence de la maladie

Le deuxième pays en nombre de décès est le Vietnam, avec 61 tués, selon l'OMS. Globalement, une résurgence de la maladie a été observée, comme chaque année à la faveur de l'hiver, en Indonésie, au Vietnam, au Cambodge et en Chine.

L'Indonésie est souvent considérée comme un maillon faible dans la lutte contre la grippe aviaire, de nombreux ménages continuant à vivre en contact constant avec des volatiles non immunisés, malgré une loi l'interdisant.

Le virus H5N1 se transmet de l'animal à l'homme, mais les scientifiques craignent qu'une mutation ne permette des contaminations d'homme à homme, ce qui pourrait déclencher une pandémie.

ATS