Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'initiative populaire "pour un climat sain" est retirée. Ses auteurs estiment que la loi sur le CO2 est un contre-projet indirect crédible à leur texte. Ils entendent toutefois surveiller de près la mise en oeuvre de la loi par la conseillère fédérale Doris Leuthard et l'Office fédéral de l'environnement.

L'initiative demandait une réduction d'au moins 30%, par rapport à 1990, des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2020. Les initiants se contentent maintenant d'une diminution de 20% ancrée dans la loi sur le CO2, ont-ils annoncé mardi. Cette réduction correspond à 10,5 millions de tonnes d'équivalents CO2 par des mesures prises en Suisse.

Le Conseil fédéral peut relever l'objectif de réduction à 40% afin de se conformer aux conventions internationales, ajoute l'association Initiative Climat. A ses yeux, cette augmentation est nécessaire pour que la Suisse fasse sa part d'effort pour limiter le réchauffement climatique mondial à 2 degrés au maximum.

"Pression"

"Grâce à la pression de l'initiative", la loi sur le CO2 adoptée en décembre par les Chambres est nettement plus offensive que ne le prévoyait le Conseil fédéral, poursuit l'association. C'est pourquoi elle est crédible. L'élément central de sa mise en oeuvre est que la Suisse émette moins de 42,2 millions de tonnes de CO2 en 2020, rappellent les initiants.

Le Conseil fédéral et l'Office fédéral de l'environnement ont agi jusqu'à la fin de manière défensive et ont suivi sans enthousiasme la volonté des Chambres, accuse l'association Initiative Climat.

Cette attitude est peu compréhensible, sachant que les mesures de protection du climat en Suisse génèrent de la valeur ajoutée et sont donc également cohérentes d'un point de vue économique. Les initiants avertissent qu'ils suivront de près l'application de la loi sur le CO2.

ATS