Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les secours sont intervenus après l'effondrement d'un immeuble à Nairobi.

KEYSTONE/EPA/STRINGER

(sda-ats)

Au moins 12 personnes ont péri dans l'effondrement d'un immeuble à Nairobi. Des averses torrentielles et des plus violentes y ont fait 19 victimes au total depuis vendredi matin.

Le président kényan Uhuru Kenyatta a visité le site samedi pour encourager les équipes de secours, toujours à la recherche d'éventuels rescapés dans l'immeuble de six étages qui s'est affaissé sur lui-même.

"Jusqu'à présent, la mort de 12 personnes a été confirmée dans la tragédie", a annoncé samedi le gouvernement kényan dans un communiqué.

Un peu plus tôt, le ministre de l'Intérieur Joseph Nkaissery avait fait état de 10 victimes, ajoutant que plus de 120 rescapés avaient été hospitalisés depuis vendredi soir. Quelque 80 d'entre eux ont pu regagner leur domicile depuis.

Arrêt de démolition

L'immeuble de six étages s'est écroulé vendredi vers 21h30 (20h30 en Suisse) dans le quartier populaire de Huruma, dans le nord-est de la capitale kényane, frappée par les averses extrêmement violentes.

Le bâtiment, livré il y a deux ans, avait été construit près d'une rivière et avait été frappé d'un arrêté de démolition, précise le gouvernement. Mais cette décision n'avait été ni respectée, ni mise en application par le comté de Nairobi.

Le président Kenyatta a ordonné à la police "d'agir immédiatement pour identifier et arrêter les propriétaires de l'immeuble qui n'ont pas tenu compte des directives de l'Autorité nationale de la construction", a rapporté la présidence dans un communiqué.

"Le propriétaire de l'immeuble, l'architecte et les ingénieurs impliqués dans la construction devront être arrêtés et inculpés. Ils doivent être jugés pour cela", a renchéri le ministre de l'Intérieur.

Cent cinquante foyers touchés

Plusieurs dizaines de survivants ont été extraits des décombres jusqu'au petit matin. Un rescapé a ainsi été retrouvé samedi à l'aube, plus de dix heures après la catastrophe.

D'après la Croix-Rouge kényane, 150 foyers ont été touchés par cet effondrement. Deux immeubles du voisinage ont été déclarés "dangereux" samedi et leurs occupants évacués.

Les pluies torrentielles vendredi ont provoqué des inondations dans de nombreux quartiers de la capitale et causé la mort de sept autres personnes.

Deux sont mortes noyées quand leur véhicule a été emporté par les eaux dans la zone industrielle de la capitale, une autre a péri dans les inondations et quatre ont été tuées par la chute d'un mur qui délimitait une propriété, a précisé le chef de la police Japheth Koome.

ATS