Les inondations pourraient faire jusqu'à 50 millions de déplacés par an dans le monde en 2100. Soit quasiment trois fois plus que tous les désastres en 2018, selon des estimations publiées mardi à Genève.

Près de 90% des déplacements provoqués par des désastres sont attribués à la météo ou au climat. Les inondations sont responsables de plus de la moitié d'entre eux, selon le Centre de surveillance du déplacement interne (IDMC) qui a mené l'évaluation sur la situation en 2100 notamment avec l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) et l'ONU.

Dans le meilleur des cas, le nombre de déplacés en raison des inondations pourrait au moins s'établir à environ 20 millions d'ici 2100. Ces estimations ont été lancées en utilisant celles des intempéries liées aux nombreux scénarios climatiques.

Le réchauffement va augmenter à la fois le nombre et l'intensité des inondations. L'augmentation de la population va rendre la menace plus importante. Et les pays pauvres ou en développement seront les plus affectés.

La discussion sur les villes sera cruciale, affirme un responsable de l'IDMC. De même que l'investissement dans des dispositifs comme celui des évacuations, affirme-t-il.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.