Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Karachi - Les autorités dans le sud du Pakistan continuaient d'évacuer dimanche une ville de 100'000 habitants près d'un mois après le début des inondations qui ont tué au moins 1500 personnes et fait des millions de sinistrés. Samedi, le FMI a annoncé qu'il était prêt à aider Islamabad.
Dans la majeure partie des régions affectées, les eaux se retirent progressivement à mesure que les pluies s'espacent, mais les conséquences sociales et politiques du désastre vont peser sur la stabilité de ce pays de 167 millions d'habitants, déjà en guerre contre l'islamisme radical.
Alors que la colère gronde parmi la population, l'ampleur de la dévastation causée par les inondations se précise, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon ayant comparé la catastrophe à un "tsunami au ralenti", dont "la puissance de destruction va s'amplifier avec le temps".
Depuis samedi soir, les autorités s'emploient à faire évacuer préventivement la ville de Shahdadkot, dans la province méridionale du Sind, ainsi que les villages alentour affectés par les eaux. Quatre districts au moins de la province du Sindh ont été touchés.
Mesure évoquée
"Nous essayons en ce moment de protéger Shahdadkot, menacée par les eaux" de petits affluents de l'Indus, dont les flots ont gonflé, a indiqué à l'AFP le ministre provincial de l'Irrigation, Jam Saïfullah Dharejo.
"Il s'agit d'une mesure préventive", a-t-il précisé, ajoutant que, pour l'heure, les digues résistent. La population est estimée à 100'000 âmes.
Il a ajouté que plusieurs villages alentour ont été inondés mais que personne n'a péri pour l'heure selon les premiers rapports.
Les inondations provoquées depuis un mois par des pluies de mousson d'une ampleur exceptionnelle ont affecté un cinquième du territoire pakistanais et 20 millions de personnes en ont souffert à divers degrés.
Souhait
Critiquée pour son absence de réaction au plus fort des pluies et des inondations fin juillet-début août, la communauté internationale semble avoir pris la mesure du désastre et la mobilisation de l'aide d'urgence s'est accélérée, restant toutefois largement insuffisante.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS