Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Islamabad - Les organisations humanitaires ont revu jeudi les besoins à la hausse. Les eaux ont atteint le Sindh et le Penjab dans le sud du Pakistan et provoquent un nombre encore plus important de victimes. Pour la Croix-Rouge, les perspectives s'assombrissent.
L'appel lancé par l'ONU il y a dix jours pour le Pakistan, de 460 millions de dollars, est de loin insuffisant pour couvrir les besoins, a déclaré jeudi un responsable de l'UNICEF.
A lui seul, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a décidé de tripler son appel: il a besoin non pas de 47 millions de dollars, mais de 141 millions, a affirmé le directeur pour l'Asie de l'agence de l'ONU, Daniel Toole, après avoir survolé les régions inondées du Penjab et du Sindh.
"En 15 ans, je n'ai jamais vu une catastrophe d'une telle ampleur", a déclaré par téléphone le représentant de l'UNICEF. L'appel lancé par l'ONU il y a dix jours avait été préparé pour trois à quatre millions de victimes. L'ONU chiffre désormais à 20 millions de nombre de victimes, dont 4,6 millions sont sans abri.
Pour Daniel Toole, 7,5 millions de personnes sont en état d'extrême détresse, car elles ont tout perdu: elles n'ont pas d'eau, pas de nourriture, pas d'abris, pas de vêtements. Toutes les agences humanitaires auront besoin de davantage de fonds, a-t-il dit.
Risques pour les enfants
Les conditions sanitaires sont particulièrement inquiétantes. Les risques sont très élevés pour 3,5 millions d'enfants, selon l'UNICEF.
"Il y a énormément de cas de dysenterie aiguë parmi les enfants. Les conditions sont réunies pour la propagation des maladies hydriques, malaria et choléra: eaux stagnantes, forte chaleur", a déclaré le responsable.
Nombre de sinistrés sont livrés à eux-mêmes dans des camps de fortune ou le long des routes sur des hauteurs. Pire: pour le représentant de l'UNICEF, les eaux vont stagner pendant des semaines sinon des mois avant de regagner le cours de l'Indus et empêcher les paysans de replanter leurs champs dont les cultures ont été balayées.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS