Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un criquet à la manière de François Chapelain-Midy.

KEYSTONE/MANUEL LOPEZ

(sda-ats)

Sous les mains de François Chapelain-Midy, criquets, rhysses persuasives et megaceras jason se transforment en insectes chatoyants et élégants. Le Musée de zoologie de Lausanne consacre une exposition aux oeuvres de ce sculpteur et naturaliste, décédé en 2007.

L'exposition "Carapaces et sortilèges" montre 36 sculptures de tailles diverses, souvent en bronze, parfois en bronze et laiton. Noires, brunes, vertes ou jaunes, ces pièces patinées jouent avec la lumière. Plus de la moitié d'entre elles sont mises en regard des spécimens qu'elles représentent, issus des collections du musée.

Entre art et science

"Nous avons voulu que le visiteur ait l'impression d'entrer à la fois dans un atelier d'art et dans un laboratoire", a expliqué mercredi à l'ats Chantal Ebongué, chargée de communication du musée. François Chapelain-Midy, qui est taxidermiste et artiste, connaissait très bien l'anatomie des animaux. "Ses oeuvres sont proches de la réalité, mais il rend les insectes esthétiques, il les magnifie".

L'artiste a beaucoup été exposé en France, notamment dans le cadre de la COP21. C'est la première fois que ses oeuvres sont montrées en Suisse. Samedi, une visite de l'exposition sera organisée pour les malvoyants.

ATS