Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le 25 juillet, l'EI a lancé des attaques coordonnées dans la province de Soueida ayant fait plus de 250 morts, et enlevé une trentaine de femmes et d'enfants druzes (archives).

KEYSTONE/EPA/STR

(sda-ats)

Les forces du régime syrien bombardaient intensivement dimanche soir une zone désertique sous le contrôle du groupe Etat islamique (EI). Les affrontements ont lieu près de la province de Soueida, dans le sud de la Syrie.

"Les bombardements et les combats entre les forces du régime et l'EI se sont intensifiés au cours de la soirée et se poursuivent à l'heure actuelle", a indiqué le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) Rami Abdel Rahmane.

"Le régime avance aux abords nord et nord-est de Soueida" adjacents à la partie désertique de la province méridionale, a-t-il ajouté.

Cette opération militaire serait "le début d'une offensive du régime pour déloger l'EI de cette poche" dans la Badiya (désert) de Soueida, a poursuivi M. Abdel Rahmane. Selon lui, "d'importants renforts militaires ont été amassés" par les forces loyalistes.

Libérer les civils

Ces combats et bombardements interviennent alors que la Russie a échoué dans ses négociations pour faire libérer une trentaine de civils dont des femmes et d'enfants druzes enlevés par l'EI le mois dernier. Ces civils ont été pris en otage au terme d'une série d'attaques coordonnées par Daesh contre la province de Soueida. 250 personnes ont été tuées.

Dimanche, l'OSDH et le média en ligne Soueida24 ont annoncé la décapitation d'un des otages de l'EI, un étudiant de 19 ans. Cette exécution, la première depuis les enlèvements, est intervenue "après l'échec des négociations avec les forces du régime", selon l'OSDH.

Echange d'otages

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), une coalition arabo-kurde qui a lutté contre l'EI avec le soutien des Etats-Unis, ont indiqué dimanche être prêtes à procéder à un échange avec l'EI pour sauver la vie des otages. Cette initiative "ne remplace pas la médiation russe", ont-elles indiqué.

L'EI, qui n'a pas revendiqué cette exécution ni les enlèvements, a été laminé par de multiples offensives en Syrie, et contrôle aujourd'hui moins de 3% du territoire. Il parvient toutefois à frapper fort comme l'ont montré les attaques sanglantes contre Soueida et les enlèvements.

Le conflit syrien déclenché en 2011 a déjà fait plus de 350'000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS