Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le procureur général Olivier Jornot a demandé une mesure d'internement à vie à l'encontre de Fabrice A.

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

Le procureur général Olivier Jornot a requis jeudi une peine privative de liberté à vie assortie d'une mesure d'internement à vie à l'encontre de Fabrice A. Il estime la responsabilité du prévenu pleine et entière.

Pour le procureur général, les conditions sont réunies pour prononcer une mesure d'internement à vie. Selon lui, le prévenu n'est durablement pas amendable.

Dans son réquisitoire livré devant le Tribunal criminel de Genève, Olivier Jornot a souligné, comme les experts, que le risque de récidive est très élevé. "Fabrice A. a vu le sang giclé, a joui de cela et a intégré cette scène dans ses fantasmes", a-t-il ajouté.

Le procureur a aussi insisté sur le cumul des circonstances aggravantes liées à cet homicide. La préméditation ne fait aucun doute pour le procureur général qui retient même "une planification méticuleuse". Le but est odieux: il voulait satisfaire son fantasme de domination pour obtenir un orgasme.

Enfin, la façon d'agir est abjecte. Il a regardé sa victime terrorisée agoniser en se vidant de son sang, a relevé le procureur général. Il observait "son oeuvre". Les antécédents sont aussi particulièrement mauvais avec deux condamnations pour viols avec cruauté.

La sociothérapeute Adeline a été sauvagement assassinée en septembre 2013 alors qu'elle accompagnait Fabrice A. lors d'une sortie. Il était détenu à La Pâquerette où il purgeait sa peine pour viols. Adeline était maman d'un bébé de huit mois.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS