Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une campagne de piratage informatique dirigée contre Israël a frappé lundi les sites officiels de la Bourse de Tel-Aviv et de la compagnie aérienne israélienne El Al. Les autorités ont qualifié ces actes de "terrorisme". Des hackers avaient déjà sévi la semaine dernière.

"Il y a eu une attaque contre le site de la Bourse ce matin. Mais il est important de préciser que le système des transactions fonctionne sans problème", a affirmé la porte-parole de la Bourse, Idit Yaron. Le site internet d'El Al était, lui, inaccessible à la suite d'une cyberattaque. L'accès à une caisse d'assurance-maladie, a également été sérieusement perturbé, selon la radio publique israélienne.

Plus tôt dans la journée, un pirate informatique se présentant sous le pseudonyme d'OxOmar avait averti qu'il allait attaquer dans la journée les sites de la Bourse de Tel-Aviv et d'El Al, selon le site internet israélien Ynet.

Cartes de crédit piratées

Le vice-ministre israélien des affaires étrangères Dany Ayalon a immédiatement qualifié ces attaques de "terrorisme" et menacé d'en "frapper" les auteurs dans le cyberespace.

La semaine dernière, des hackers affirmant être saoudiens ou palestiniens de Gaza ont révélé les coordonnées de dizaines de milliers de cartes de crédit appartenant à des Israéliens et attaqué des sites publics israéliens, comme celui des pompiers.

En 2002, le gouvernement avait étendu des procédures de protection à des sites civils considérés comme "vitaux" tels que les compagnies d'électricité, de l'eau ou des chemins de fer. Mais des institutions civiles restent vulnérables, a souligné M. Ben Israël, sans préciser lesquelles "pour ne pas attirer l'attention des hackers".

ATS