Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Suivant la gauche, les Neuchâtelois ont accepté par 54,64% des suffrages l'inscription du droit au salaire minimum dans la constitution cantonale. Comme le projet ne fixe aucun montant, les autorités devront maintenant mettre en place une loi d'application. La participation au scrutin s'est élevée à 34,7%.

A Genève, les citoyens ont en revanche dit "non" à l'initiative pour l'introduction d'un salaire minimum. Ils ont aussi approuvé la modification de la révision de la loi sur l'aide sociale individuelle qui supprime le revenu minimum cantonal d'aide sociale (RMCAS), désavouant ainsi doublement la gauche.

Cette dernière a aussi été battue sur la question de l'abrogation définitive du droit des pauvres, exception romande qui ne frappe plus que les jeux d'argent, rapportant ainsi 15 millions de francs à l'Hospice général et à des associations à but social. La généralisation de la perception de l'impôt sur les chiens a été approuvée par 82,6% des suffrages. Et par 90,4% des voix, les Genevois ont aussi adopté le taux de taxation de 2,1 pour mille des titres authentiques exécutoires.

Chiens dangereux en Argovie

A Neuchâtel, le texte approuvé mentionne juste que l'Etat institue un salaire minimum cantonal dans tous les domaines d'activité économique afin de garantir des conditions de vie décente. L'issue du scrutin est un revers pour la droite, les associations patronales et le Conseil d'Etat à majorité PLR.

Ailleurs en Suisse, les Argoviens ont désormais leur loi cantonale sur les chiens dangereux. Ils ont adopté dimanche un texte de ce type à une très large majorité de 75,5%. La loi acceptée se rapproche de celles introduites dans les cantons de Vaud et de Fribourg.

A Bâle-Ville, l'initiative de l'UDC exigeant des compétences linguistiques élevées pour les candidats à la naturalisation a été nettement rejetée. Le contre-projet du gouvernement, moins exigeant, a été largement accepté. Dans le canton de Schwyz, les naturalisations seront désormais confiées à des commissions communales.

Dans le canton de Zurich, les électeurs ont refusé une initiative visant à interdire la construction de nouvelles pistes ou l'agrandissement des pistes existantes de l'aéroport. Un contre-projet associatif contre le survol de zones fortement habitées a aussi été rejeté. Enfin, les citoyens st-gallois ont refusé de supprimer les forfaits fiscaux pour les riches étrangers. Le contre-projet du gouvernement, qui durcit les conditions d'octroi des forfaits, l'a finalement emporté à la question subsidiaire.

ATS