Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un kamikaze, habillé en policier, a tué 53 personnes, dont plusieurs agents des forces de l'ordre, lors d'un attentat qui visait samedi des pèlerins chiites à Bassorah, la capitale du Sud irakien. L'attaque a aussi fait 137 blessés, selon les services de santé.

L'attentat a été commis à l'extérieur de la ville au moment où les pèlerins étaient en route pour un site proche dédié à l'imam Ali. Selon un témoin, un soldat a aperçu le suspect, qui distribuait de la nourriture aux pèlerins, et a tenté de le maîtriser. Le kamikaze s'est alors fait exploser, "au moment où passait un groupe de femmes et d'enfants".

Les attentats à l'encontre de pèlerins chiites sont fréquents pendant la période de l'Arbaïn, qui marque le quarantième jour de deuil après le martyr de Hussein, fils d'Ali et petit-fils de Mahomet en 680. Des dizaines de pèlerins se rendant dans la ville sainte chiite de Kerbala ont été tués ces derniers jours dans des attaques, la plus meurtrière jusqu'ici ayant fait 47 morts le 5 janvier près de Nassiriya.

15 millions de pèlerins

L'imam Hussein a été tué après un conflit pour le leadership des musulmans 48 ans après la mort de Mahomet, fondateur de l'islam, dans une bataille remportée dans le désert de Kerbala par les troupes du calife omeyyade, Yazid. Cette guerre devait ensuite symboliser le schisme entre sunnites et chiites.

Comme chaque année, les pèlerins, vêtus de noir et le front ceint d'un bandeau vert, ont tourné autour des mausolées de Hussein et de son demi-frère Abbas, en se frappant la tête et la poitrine en signe de repentance pour ne pas leur avoir prêté main forte dans la bataille.

Au total, quelque 15 millions de pèlerins auront fait le voyage cette année, selon les autorités locales. Les chiites représentent 15% des musulmans dans le monde et sont majoritaires en Irak.

ATS