Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les violences se poursuivent entre l'armée irakienne et les djihadistes de l'Etat islamique (EI) dans l'ouest de Mossoul.

KEYSTONE/AP/FELIPE DANA

(sda-ats)

Entre 8000 et 12'000 personnes fuient chaque jour l'ouest de Mossoul. Mais elles sont encore 600'000 dans cette partie de la ville irakienne, dont 400'000 piégées par l'Etat islamique (EI), a indiqué jeudi le représentant du HCR en Irak.

"La situation est dramatique. Il y a des pénuries de carburant, de nourriture et d'électricité", a affirmé à la presse à Genève depuis la région de Mossoul Bruno Geddo. Si les habitants tentent de fuir, "ils peuvent être tués par des tireurs embusqués".

Mais depuis le début de l'offensive pour la reprise de l'ouest de Mossoul, 163'000 personnes ont fui vers le centre de transit à 20 km de la ville. "Le rythme augmente" et de 8000 à 12'000 civils arrivent désormais chaque jour.

Face à cette situation, l'identification prend un à trois jours, notamment pour trouver d'éventuels membres de l'EI parmi eux. Les déplacés se rendent ensuite dans des camps du gouvernement ou du Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR). Mais ces sites sont complets et ils sont acheminés vers d'autres camps dans nord-est de Mossoul.

OMS et MSF actives

Certains préfèrent toutefois rester près de la partie ouest et refusent ce scénario. Ils sont notamment accueillis par des communautés. Le HCR va entamer la semaine prochaine les efforts pour doubler son dispositif et atteindre 100'000 places supplémentaires. Il apporte également une assistance à ceux qui sont déjà arrivés.

Médecins sans frontières (MSF) a pris en charge de son côté plus de 1800 personnes qui avaient besoin de soins importants pendant les deux derniers mois. Dont 1500 étaient blessées en raison du conflit. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a, elle, ouvert cette semaine un second hôpital à Mossoul.

Mais "le pire est à venir" lorsque les centaines de milliers de personnes encore dans l'ouest de la ville pourront fuir, a affirmé également le HCR. Au total, près de 350'000 personnes ont quitté Mossoul depuis le début de l'offensive à l'est de la ville en octobre dernier. Mais environ 20% sont déjà rentrées chez elles.

Le HCR demande à l'armée de poursuivre son engagement à respecter le droit international humanitaire (DIH) et protéger les civils. La priorité pour les autorités devra ensuite porter sur la "sécurisation" de la ville pour préparer le retour des déplacés, dit-il.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS