Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Soutenue par des milices chiites, l'armée irakienne a lancé lundi une opération militaire visant à reprendre la province d'Anbar à l'Etat islamique (EI). Elle a déjà récupéré deux villages.

"Les forces de sécurité ont pu libérer les secteurs d'Albou Chijel et Chiha près de Khaldiya", entre Ramadi et Falloujah, a dit un officier de l'armée.

Un responsable du secteur de Khaldiya, Ibrahim al-Fahdaoui, a confirmé la libération de ces deux villages.

Lundi à l'aube (05h00, 04h00 en Suisse), le commandement de l'armée a annoncé dans un communiqué le début des "opérations pour libérer Al-Anbar" mais n'a donné que peu de détails.

Miliciens chiites sur place

Les forces de la Mobilisation populaire (Hachd al-Chaabi, des milices principalement chiites) ont indiqué qu'elles avançaient au nord-est de Falloujah, à moins de 100 km de Bagdad et dont le gouvernement a perdu le contrôle au profit des djihadistes sunnites de l'EI dès le début de 2014.

La coalition anti-djihadistes menée par les Etats-Unis a mené 29 raids aériens contre l'EI près de Ramadi.

Les environs de Falloujah et Ramadi, le chef-lieu de la province d'Al-Anbar, sont le théâtre de combats depuis des mois entre EI et forces gouvernementales.

En mai, ces forces avaient perdu les derniers secteurs sous leur contrôle à Ramadi, laissant à l'EI sa seconde capitale provinciale irakienne après Mossoul.

Les autorités avaient elles peu après appelé à la rescousse la Mobilisation populaire, principalement constituée de milices chiites soutenues par l'Iran et qu'elles avaient jusqu'alors tenu à l'écart des combats à Al-Anbar, une province majoritairement sunnite, par crainte de tensions confessionnelles.

Plusieurs tirs

Selon des sources proches du commandement de l'opération, les membres de l'EI ont notamment fait exploser cinq voitures piégées conduites par des kamikazes et tiré des roquettes pour freiner l'avancée des forces gouvernementales.

Tôt lundi matin, des habitants de Ramadi et Falloujah ont fait état de bombardements intensifs.

L'Irak a cherché à renforcer son armée de l'air en achetant des chasseurs F-16 aux Etats-Unis. Mais la livraison des 36 appareils a été retardée pour des motifs de sécurité après l'offensive éclair des djihadistes l'été dernier.

Plusieurs victimes en Syrie

Lundi, les quatre premiers F-16 sont arrivés sur la base aérienne irakienne de Balad, au nord de Bagdad, a souligné une source militaire.

Au moins 15'000 civils ont été tués et environ 30'000 blessés en Irak depuis le début de la guerre contre l'EI en 2014, indique lundi une nouvelle enquête de l'ONU. Le bilan des victimes est probablement beaucoup plus lourd, selon elle.

En Syrie, au moins 23 personnes ont été tuées lundi dans un bombardement aérien du régime sur une ville contrôlée par l'EI, dans la province d'Alep, a dit l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), proche des opposants au régime de Bachar al-Assad. Et deux dirigeants de l'EI ont été tués au cours d'une frappe aérienne, a-t-il ajouté.

ATS