Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Radwaniya - Deux attentats suicide visant un groupe armé sunnite soutenu par le gouvernement irakien ont fait au moins 46 morts dimanche. Cette attaque illustre la persistance des violences dans un pays plongé dans une crise politique, en plein retrait des forces américaines de combat.
L'attentat le plus meurtrier a eu lieu vers 08H30, quand un kamikaze s'est fait exploser au milieu de miliciens sunnites venus toucher leur paie dans une base militaire de Radwaniya, une localité à majorité sunnite à 25 kilomètres à l'ouest de Bagdad.
Au moins 43 personnes ont été tuées et 40 blessées, selon des sources au sein des ministères de la Défense et de l'Intérieur.
Il s'agit de l'attentat le plus meurtrier en Irak depuis le 10 mai, quand quatre voitures piégées avaient successivement explosé sur le parking d'une usine de textile de Hilla, à 95 km au sud de Bagdad, au moment de la sortie des ouvriers. L'attaque avait fait au moins 53 morts et 157 blessés.
Deux heures après l'attentat de Radwaniya, un autre kamikaze s'est fait exploser dans un bureau des miliciens, connus sous le nom de "Sahwa" (Réveil), à Qaïm, à 340 km à l'ouest de Bagdad, près de la frontière syrienne, selon une source policière. Deux miliciens et un policier ont péri, et six personnes ont été blessées, dont deux policiers.
Rôle-cléFormées d'ex-insurgés ralliés à la lutte contre Al-Qaïda, les Sahwa ont joué un rôle clé dans la baisse globale des violences en Irak, selon une stratégie américaine qui a débuté fin 2006 dans la province d'Al-Anbar (ouest), avant d'être reproduite dans la majorité des provinces sunnites d'Irak.
Comme la police et l'armée irakiennes, ces milices sont vite devenues une cible privilégiée des insurgés, qui mènent souvent des expéditions punitives contre ses membres.
Financées au départ par l'armée américaine, les milices, dont l'effectif total a atteint 94'000 membres, sont passées début 2009 sous l'autorité du gouvernement irakien qui en a incorporé 20% dans ses forces de sécurité. Mais leurs dirigeants se sont souvent plaints d'être abandonnés par les autorités.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS