Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Dublin - Quelques milliers d'Irlandais ont commencé à manifester, samedi midi, dans le centre de Dublin, contre un plan de rigueur draconien du gouvernement. Ce plan est présenté comme la condition sine qua non d'un vaste programme d'aide de l'UE et du FMI.
"Les coupes budgétaires ne sont pas nécessaires. On sauve les banques, pas l'Irlande. Ce sont les banques qui devraient souffrir, qu'on les laisse tomber", plaide Marian Hamilton, une Irlandaise de 57 ans qui craint de voir son allocation handicapé baisser.
Elle est venue manifester avec son petit-fils de sept ans, alors que son fils a dû s'exiler en Australie pour trouver du travail.
Pour Mark Finley, un employé de la municipalité de Dublin de 28 ans, "il faut virer le gouvernement et faire la grève". "On doit envoyer un message clair à ce gouvernement. Mes revenus ont baissé de plusieurs milliers d'euros en deux ans, je n'y arrive plus", dénonce-t-il.
La Garda, police irlandaise, s'attend à plus de 50'000 manifestants mais l'ICTU, première confédération syndicale de l'île qui organise la marche, s'est refusée à tout pronostic. "Nous avons réuni par deux fois ces dernières années 250'000 personnes", souligne cependant son porte-parole Macdara Doyle. "Comparé à des pays comme la France et le Royaume-Uni, ça se traduirait en millions", a-t-il déclaré à l'AFP.
"Déclaration de guerre"
Les syndicats veulent mobiliser contre un plan de rigueur de 15 milliards d'euros sur quatre ans qui est "une déclaration de guerre contre les travailleurs les moins bien payés", souligne Jack O'Connor, président du Siptu, premier syndicat irlandais.
Ce plan vise à ramener à 3% le déficit public irlandais, actuellement de 32% du produit intérieur brut (PIB). Il est présenté comme la condition sine qua non d'un vaste programme de l'Union européenne (UE) et du Fonds monétaire international (FMI) visant à sauver l'Irlande, lourdement endettée après avoir dû renflouer ses banques criblées de dettes.
L'annonce d'un accord pour une aide internationale, qui devrait atteindre 85 milliards d'euros, est en principe attendu avant l'ouverture des marchés, lundi matin.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS