Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Comme un certain Christian Constantin, Michael O'Neill est un adepte des montages vidéos: rien ne vaut un bon petit film pour faire monter l'adrénaline avant une échéance cruciale !

Le sélectionneur nord-irlandais s'est donc attelé à la tâche avant la venue de la Suisse pour le match aller du barrage de la Coupe du monde 2018. Son montage comportait des images des récentes victoires de la "Green and White Army" avec, bien sûr, une musique forte. "Avant un tel match, je ne vois pas pourquoi il ne faut pas utiliser tous les ressorts, souligne Michael O'Neill. Si cette vidéo rend l'équipe 1 % plus forte ou si elle amène un seul joueur à repousser ses limites, elle aura pleinement atteint son but."

Jeudi soir, le but des Irlandais est simple: "avoir au coup de sifflet final de ce match aller un acquis à défendre dimanche à Bâle", glisse Michael O'Neill. On a le sentiment qu'une victoire 1-0 à Belfast le conduirait au Nirvana. Et que même un 0-0 ne l'empêchera pas de dormir. "Dans une telle confrontation, un but inscrit à l'extérieur peut vraiment tout faire basculer, glisse-t-il. J'ai le sentiment que ce barrage ne se jouera pas sur grand chose."

"La Suisse est une équipe qui mérite notre respect, poursuit le sélectionneur. Elle possède l'expérience des grands tournois. Elle fut huitième de finaliste à la Coupe du monde 2014 et, comme nous, lors de l'Euro 2016. Elle possède des joueurs de grand talent comme Xhaka, Shaqiri et Seferovic. Son collectif est également remarquable. Lors du tour préliminaire, les Suisses ont livré en quelque sorte un premier play-off lors du match de Lisbonne le mois dernier. Elle l'a perdu et c'est pourquoi elle se retrouve ici à Belfast..."

La cicatrice de cette défaite à Lisbonne qui ne s'est peut-être pas entièrement refermée chez l'adversaire, le soutien inconditionnel des 18'000 spectateurs du Windsor Park, des joueurs survoltés à l'image du capitaine Steve Davis qui entendra honorer comme il se doit sa 100e sélection et de l'ex-Sédunois Kyle Lafferty qui a retrouvé du temps de jeu et le chemin des filets avec Hearts of Midlothian après une année "blanche" à Norwich City sont autant de raisons d'espérer. "Nous ne céderons pas devant la pression de l'événement, assure le défenseur Jonny Evans. Nous sommes relax. Ce barrage, nous entendons vraiment le savourer." Du coté suisse, on peut nourrir toutefois la crainte qu'ils le dévorent.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS