Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les mesures envisagées par Israël contre les ONG pourraient perturber la collaboration entre organisations israéliennes et palestiniennes, estime la DDC. Elle frappera notamment B'tselem, la plus grande ONG israélienne de défense des droits de l'homme, soutenue par la Suisse.

Les mesures "restrictives" envisagées par le gouvernement Netanyahou contre les ONG israéliennes recevant des fonds de l'étranger "pourraient avoir un effet négatif sur la coopération entre ONG palestiniennes et israéliennes", souligne Giancarlo de Picciotto, directeur du bureau de la Direction du développement et de la coopération (DDC) à Jérusalem.

Le projet de loi en gestation - qui doit encore être soumis au vote de la Knesset - limitera considérablement l'aide financière de l'étranger aux ONG israéliennes indépendantes, le plus souvent axées sur l'humanitaire et la défense des droits de l'homme.

La Suisse soutient B'tselem

Parmi les ONG qui pourraient être touchées par cette mesure figure B'tselem, dont l'action est soutenue par Berne, souligne Giancarlo de Picciotto.

"La Suisse, le Danemark, les Pays-Bas et la Suède accordent leur aide à l'organisation B'tselem qui dénonce au quotidien les violations des droits de l'homme en territoire occupé. Les quatre pays lui versent tous les trois ans une somme de 680'000 dollars. Cela représente 40% du budget de B'tselem", précise-t-il pour illustrer l'impact négatif d'une telle mesure.

ATS