Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Jerusalem - Israël ne lèvera le blocus de la bande de Gaza que lorsque le CICR sera autorisé à rendre visite au soldat Gilad Shalit capturé en 2006. Cette condition a été réitérée par le ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Lieberman.
"Tant que cette condition ne sera pas remplie, il n'y a aucune raison pour qu'un changement de la situation intervienne", a affirmé M. Lieberman. Capturé en juin 2006, le soldat Shalit n'a depuis reçu aucune visite.
Le président américain Barack Obama a affirmé que "non seulement le statu quo à Gaza est intenable, mais le statu quo est aussi intenable au Proche-Orient, il est temps d'aller de l'avant, de progresser sur une solution à deux Etats".
M. Obama a promis que les Etats-Unis allaient allouer 400 millions de dollars d'aide civile aux Palestiniens pour construire des logements et des écoles dans la bande de Gaza.
Pour le mouvement islamiste Hamas, l'aide promise "n'est rien d'autre qu'un chiffre (...) Si elle arrive, elle ira aux seules autorités de Ramallah, qui n'enverra rien à Gaza", a déclaré le porte-parole Sami Abou Zouhri.
Israël a imposé un blocus terrestre, aérien et maritime à l'enclave palestinienne après la capture de Gilad Shalit. Cette mesure a été renforcée en juin 2007 lorsque le Hamas a pris le contrôle du territoire.
Un rapport du Bureau international du travail définit la bande de Gaza comme un "cimetière industriel", en raison de la poursuite du bouclage du territoire, la plupart des 3900 établissements industriels d'avant le bouclage imposé par Israël 2007 restant fermés.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Teaser Longform The citizens' meeting

Teaser Longform The citizens' meeting

1968 en Suisse

ATS