Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les autorités israéliennes ont acheminé dimanche, sous bonne escorte, 430 prisonniers palestiniens dans le désert du Neguev en prévision de leur libération mardi dans le cadre de la première phase d'un échange contre Gilad Shalit. Ce soldat franco-israélien est retenu dans la bande de Gaza depuis juin 2006.

Les 47 autres détenus concernés par ce premier volet, avant la libération dans deux mois de 550 autres prisonniers, ont été rassemblés dans une cellule de détention dans le centre d'Israël.

"Les parties ont accepté que mardi soit le jour de l'échange", a confirmé un responsable impliqué dans les négociations qui se sont déroulées sous l'égide du Caire.

Les autorités israéliennes ont publié dans la journée les noms de ces 477 prisonniers - 450 hommes et 27 femmes - afin que les Israéliens, hostiles à ces élargissements puissent, s'ils le souhaitent, les contester devant la Cour suprême dans le délai légal de 48 heures. Il est peu probable toutefois que le tribunal empêche l'échange.

6000 Palestiniens détenus

Quelque 6000 Palestiniens sont actuellement détenus dans des prisons israéliennes. Parmi les prisonniers palestiniens concernés, figurent des détenus condamnés pour des attentats ayant coûté la vie à des dizaines d'Israéliens.

Le mouvement islamiste du Hamas, qui contrôle la bande de Gaza depuis 2007, prépare un accueil triomphal aux 295 prisonniers qui devraient être envoyés dans l'enclave palestinienne.

Gilad Shalit, enlevé en 2006 à l'âge de 19 ans à la lisière de la bande de Gaza, devrait être remis en liberté dans le désert du Sinaï avant de rejoindre Israël par avion. Après son enlèvement, l'Etat hébreu, qui a retiré ses troupes et démantelé ses colonies de la bande de Gaza en 2005, avait renforcé son blocus du territoire palestinien.

ATS