Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Neuf combattants du groupe radical palestinien Jihad islamique ont été tués samedi au cours d'attaques aériennes israéliennes sur la bande de Gaza. Un Israélien a lui péri à la suite de tirs de roquettes contre le sud d'Israël. Les factions palestiniennes se sont engagées à rétablir le cessez-le-feu dès 06h00.

Ces affrontements sont les plus sanglants depuis l'instauration d'une trêve tacite entre les organisations paramilitaires de Gaza et Israël fin août.

Lors d'un premier raid aérien israélien en début d'après-midi, cinq membres des Brigades al-Qods, la branche militaire du Jihad islamique, dont un commandant local, ont péri près de Rafah.

Dans la soirée, deux autres combattants, qui s'apprêtaient apparemment à lancer une roquette, ont été fauchés à Rafah. Les cadavres de deux autres membres des brigades al-Qods ont été retrouvés dans l'ouest de l'enclave palestinienne en fin de soirée.

Netanyahu menace

Les attaques israéliennes, qui ont aussi fait plusieurs blessés, se sont poursuivies dans la nuit de samedi à dimanche. Le coordinateur spécial de l'ONU pour le processus de paix au Proche-Orient, Robert Serry, a de son côté "appelé expressément au calme et à la fin du bain de sang".

Plus de 20 projectiles ont été tirés samedi sur le sud d'Israël faisant un mort et quatre blessés du côté israélien. Le Jihad islamique et le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), une autre organisation radicale, ont revendiqué ces tirs.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a promis que "la riposte israélienne sera plus dure encore si nécessaire". Le Jihad islamique a lui accusé Israël d'avoir délibérément attaqué la bande de Gaza dans le but de ne pas relâcher les 550 détenus palestiniens qui doivent être libérés avant la fin de l'année dans le cadre de l'accord entre Israël et le Hamas.

ATS