Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Washington - Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré dimanche au vice-président des Etats-Unis Joe Biden que seule une menace militaire "crédible" pourra garantir que l'Iran ne se dote pas d'armes nucléaires. Les Etats-Unis ont rejeté cet appel.
M. Netanyahu s'est entretenu dimanche soir à la Nouvelle-Orléans (sud) avec M. Biden, en marge de l'Assemblée annuelle des principales fédérations des communautés juives américaines devant laquelle il devait s'exprimer lundi matin.
"La seule manière de s'assurer que l'Iran n'obtienne pas d'armes nucléaires est de brandir une menace crédible d'action militaire contre lui s'il n'arrête pas sa course à la bombe atomique", a dit Benjamin Netanyahu à Joe Biden, selon le haut responsable israélien, qui a requis l'anonymat.
Selon Mark Regev, porte-parole de M. Netanyahu, le Premier ministre israélien a par ailleurs estimé lors de son entretien avec Joe Biden que "les sanctions sont importantes et augmentent la pression contre l'Iran". "Jusqu'a présent il n'y pas eu de changement dans la conduite de l'Iran et une augmentation de la pression internationale est nécessaire", a toutefois également ajouté le Premier ministre israélien.
Les Etats-Unis ont rejeté cet appel. "Je ne serais pas d'accord pour dire que seule une menace militaire crédible (peut convaincre) l'Iran de prendre des mesures pour mettre fin à son programme d'armes nucléaires", a dit le secrétaire à la Défense Robert Gates.
L'administration du Président des Etats-Unis Barack Obama, tout en n'excluant pas l'option militaire contre l'Iran, a préféré jusqu'à présent un renforcement des sanctions et la voie diplomatique pour tenter de forcer l'Iran à abandonner son programme d'enrichissement d'uranium. Les Occidentaux suspectent Téhéran de vouloir le mettre au point pour acquérir un arsenal nucléaire.
L'Iran et les 5+1 (les cinq membres du Conseil de sécurité de l'ONU plus l'Allemagne) ont affirmé le mois dernier leur volonté de reprendre les discussions pour tenter de régler le conflit autour du dossier nucléaire iranien, interrompues en octobre 2009 après le rejet par l'Iran d'une offre d'échange de combustible nucléaire.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS