Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Israël a accueilli "favorablement" dimanche, comme prévu, la déclaration du Quartette sur le Proche-Orient pour relancer les négociations de paix. Il a appelé les Palestiniens à reprendre les discussions directes "sans tarder".

"Israël accueille favorablement l'appel du Quartette pour des négociations directes entre les parties sans pré-conditions, comme l'ont demandé à la fois le président (américain Barack) Obama et le Premier ministre Benjamin Netanyahu", indique un communiqué du bureau de M. Netanyahu.

Cette réaction officielle d'Israël est la première à la proposition du Quartette sur le Proche-Orient (Etats-Unis, Union européenne, ONU et Russie) de reprendre les négociations de paix avec l'objectif d'aboutir à un accord final fin 2012.

"Bien qu'Israël ait des réserves qui seront soulevées au moment approprié, il appelle l'Autorité palestinienne à suivre son exemple et engager des négociations directes sans tarder", souligne le communiqué.

Mesure récente

Dans une déclaration publiée après le dépôt le 23 septembre d'une demande d'adhésion d'un Etat de Palestine à l'ONU, le Quartette propose une reprise des pourparlers israélo-palestiniens avec l'objectif d'aboutir à un accord final fin 2012.

Palestiniens et Israéliens se rencontreraient une première fois dans un mois pour établir "un calendrier et une méthode de négociations", selon le communiqué du Quartette.

Ambiguïtés

Toutefois, les Palestiniens considèrent que le document du Quartette contient un appel à un gel de la colonisation tandis que les Israéliens estiment qu'il ne comporte aucune condition préalable à la reprise des discussions.

Laissant planer des ambiguïtés, la déclaration du Quartette appelle les deux parties "à se garder d'actes provocateurs et réitère (leurs) obligations découlant de la Feuille de route" de 2003.

Pour reprendre les discussions, les Palestiniens réclament un gel des colonies en Cisjordanie et à Jérusalem-Est annexée et demandent que toute reprise du dialogue soit basée sur les lignes du 4 juin 1967.

ATS