Toute l'actu en bref

Le Hamas ne pourra plus enterrer ses membres tués dans des attaques anti-israéliennes (image symbolique).

KEYSTONE/EPA/ALAA BADARNEH

(sda-ats)

Israël a décidé dimanche de ne pas rendre à leur famille les corps de membres du Hamas tués lors d'attaques anti-israéliennes, mais de les enterrer, a annoncé le gouvernement. Le mouvement palestinien a condamné cette décision.

La décision a été prise par le cabinet de sécurité. Elle survient au lendemain de la diffusion par la branche armée du Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, d'une vidéo de propagande se moquant d'un soldat israélien qu'elle dit détenir. Israël affirme au contraire que ce dernier a été tué au cours de la guerre de Gaza en 2014.

La réunion a également porté sur les moyens de récupérer les dépouilles de soldats tués dans la guerre de Gaza en 2014 et d'obtenir la libération de deux civils israéliens portés disparus dans la bande de Gaza et qui seraient détenus par le mouvement palestinien, selon un communiqué publié sur le compte Twitter du premier ministre Benjamin Netanyahu. Les ministres ont adopté un "plan d'action", affirme le texte sans donner de détails.

Le Hamas a condamné cette décision. Son porte-parole Fawzi Barhoum a dénoncé "une occupation barbare et criminelle" de la part d'Israël. "Ces décisions ne donneront pas de résultats positifs", a-t-il prévenu, sans plus de précisons.

Monnaie d'échange

Israël a procédé par le passé à l'enterrement dans des lieux éloignés non dévoilés de dépouilles d'activistes palestiniens tués.

Mort ou vivant, un soldat israélien est une monnaie d'échange précieuse. Israël a procédé par le passé avec des organisations ennemies (dont le Hamas) à des échanges de prisonniers ou de corps pour ramener des Israéliens au pays.

Israël et le Hamas se sont livrés trois guerres entre 2008 et 2014. Ils observent depuis un cessez-le-feu précaire.

ATS

 Toute l'actu en bref